Danser Encore : Programme de dix solos

Ballet de l'Opéra de Lyon

Spectacle
14 - 15 oct. 2022
Danseuse vêtue de bleu en mouvement
14 - 15 oct. 2022
Centre national de la danse, Pantin
Partenaire — Festival d'Automne à Paris 2022
Collectif
Ballet de l’Opéra de Lyon
Durée
180 min

En 2022, Dance Reflections by Van Cleef & Arpels apporte son soutien au Festival d’Automne à Paris pour la présentation d’un programme de dix solos du projet Danser Encore, par le Ballet de l’Opéra de Lyon.

Pendant deux jours, le Ballet de l’Opéra de Lyon essaime des solos dans les espaces du CND, pour un parcours chorégraphique noué autour de la rencontre entre un interprète du ballet et un chorégraphe. Reflétant la diversité des écritures contemporaines, Danser Encore nous fait plonger dans la fabrique vivante de la danse.

Lancé en 2020 par Julie Guibert, directrice du Ballet de l’Opéra de Lyon, le cycle Danser Encore reposait sur le désir de mettre en avant la singularité des danseurs et danseuses du Ballet, et de soutenir la création chorégraphique dans le contexte de la pandémie en misant sur le dialogue fertile entre interprètes et créateurs. À partir de l’écriture de solos sur mesure, Danser Encore expose un travail à quatre mains, tout en donnant à voir la variété de la création chorégraphique contemporaine. Après la conception de seize solos originaux, le Ballet de Lyon continue à creuser les ramifications de ce format, afin de créer des objets chorégraphiques utilisant toutes les ressources du corps, de l’image et du mouvement. Déployés dans les espaces du Centre national de la danse pendant deux jours, une dizaine de solos occupent les studios et l’Atrium – révélant la fragilité, la légèreté, la densité, le relief de chaque interprète et l’élan de son désir de danse.

Un programme de solos

Komm und birg dein Antliz 
Chorégraphie Ioannis Mandafounis
Collaboration et interprétation Yan Leiva 

Love 
Chorégraphie Marcos Morau
Collaboration et interprétation Paul Vezin 

Period piece 
Chorégraphie Jan Martens 
Collaboration et interprétation Kristina Bentz

Raùl 
Film Hans Op de Beeck 
Collaboration et interprétation Raúl Serrano Núñez

EXCÈS
Chorégraphie Barbara Matijević 
Collaboration et interprétation Coralie Levieux

Rite de passage 
Chorégraphie Bintou Dembélé 
Collaboration et interprétation Merel van Heeswijk

Moteur
Chorégraphie Cassiel Gaube 
Collaboration et interprétation Albert Nikolli

Not ending
Chorégraphie Tatiana Julien 
Collaboration et interprétation Jacqueline Bâby

Self Duet 
Chorégraphie Noé Soulier 
Collaboration et interprétation Katrien De Bakker

MITTEN/DRITTECELLOSUITE IN C-DUR 
Chorégraphie Anne Teresa De Keersmaeker 
Collaboration et interprétation Marie Albert

Photo : © Marc Domage

à propos des artistes

studio de danse avec grands fenêtres

Ballet de l’Opéra de Lyon

Un nouveau chapitre s’ouvre pour le Ballet de l’Opéra de Lyon, sous l’impulsion de sa directrice Julie Guibert. À la croisée de son riche héritage (plus de 100 pièce à son répertoire) et d’une attention renouvelée aux qualités de ses interprètes, le Ballet poursuit son travail de repérage des nouveaux territoires de la création contemporaine tout en maintenant l’exigence des grandes écritures chorégraphiques. C’est le cas des chorégraphes William Forsythe, auquel est consacré une carte blanche, Anne Teresa De Keersmaeker, Mats Ek, ou Pina Bausch, dont l’œuvre Sur la montagne, on entendit un cri sera travaillée pendant la saison 2021-2022 avant d’entrer au répertoire de la compagnie. Entre désir d’émerveillement et déchiffrage du monde, action locale et rayonnement international, relecture du répertoire et défrichage de nouvelles esthétiques, le Ballet perpétue sa tradition de compagnie de formation classique tournée vers la danse contemporaine. Après avoir initié la série de solo Danser encore – commande passée à 30 chorégraphes pour 30 interprètes de la compagnie – le Ballet souhaite imaginer de nouvelles manières de célébrer la danse, en mettant en lumière la manière dont le danseur porte l’écriture. Tout en faisant une place particulière à la fabrique du sens, au langage, aux voix, aux collaborations transdisciplinaires – notamment avec la musique et les arts plastiques – le Ballet cherche à élargir le spectre du présent, en apportant un contrepoint sensible à la fabrique de l’art chorégraphique.

Photo : © Patrick Tourneboeuf