we wear our wheels with pride…

Robyn Orlin

Spectacle
9 - 12 nov. 2022
danseurs vêtus de tissus imprimés colorés et de coiffes sur une scène sombre
9 - 12 nov. 2022
Chaillot - Théâtre national de la Danse, Paris
Partenaire — Festival d'Automne à Paris 2022
Durée
70 min

En 2022, Dance Reflections by Van Cleef & Arpels apporte son soutien au Festival d’Automne à Paris pour la présentation de we wear our wheels with pride and slap your streets with color… we said ‘bonjour’ to satan in 1820… de Robyn Orlin.

Robyn Orlin invente la danse des pousse-pousse, par un hommage aux tireurs des rickshaws sud- africains d’antan. Une fête dansée et chantée pour dire leur joie de vivre, devenue force de résistance, et rendre hommage à l’esprit de la Rainbow Nation.

Dans l’Afrique du Sud des années 1970, quand l’Apartheid faisait rage, les maîtres blancs se faisaient transporter par des hommes zoulous qui tiraient, avec force et habileté, des rickshaws hauts en couleurs. La jeune Robyn Orlin, encore préadolescente mais déjà rebelle, observait leurs parures fantasques et leur sautillement quasiment dansant. C’était l’époque où se forgeaient ses premières convictions politiques et aussi celle de la création de la compagnie Moving into Dance Mophatong (MIDM), nourrie des traditions zoulous et étendard de la danse contemporaine en Afrique du Sud. Quand elle retrouve aujourd’hui la troupe de Johannesburg, on assiste donc à un retour aux sources partagé. Danse, chants et costumes sont en fête quand les danseurs de MIDM rencontrent le chant bouleversant d’Anelisa Stuurman aka Annalyzer, vocaliste performeuse qui enflamme les clubs de l’Afrique du Sud à l’Europe et crée, avec le compositeur Yogin Sullaphen, un style nourri de slam, tradition autochtone des khoïsans et recherche musicale actuelle.

Photo : © Jérôme Séron

- We wear our wheels with pride

à propos de l'artiste

Portrait de Robyn Orlin

Robyn Orlin

Robyn Orlin est née en 1955 à Johannesburg. Surnommée en Afrique du Sud « l’irritation permanente », elle révèle, à travers son œuvre, la réalité difficile et complexe de son pays. Elle y intègre diverses expressions artistiques (texte, vidéo, arts plastiques…), afin d’explorer une certaine théâtralité qui se reflète dans son vocabulaire chorégraphique. On lui doit notamment Daddy, I’ve seen this piece six times before and I still don’t know why they’re hurting each other (1999) qui a obtenu le Laurence Olivier Award de la réalisation la plus marquante de l’année, ou encore Beauty remained for just a moment then returned gently to her starting position... (2012), spectacle d’ouverture de la saison sud-africaine en France en 2013. En avril 2018, Robyn Orlin reprend la mise en scène de la pièce Pygmalion de Rameau, en résidence à l’Opéra de Dijon, en collaboration avec Emmanuelle Haïm à la direction musicale. En coproduction avec l'INA et ARTE, elle réalise son premier film Hidden beauties, dirty histories en octobre 2004. Robyn Orlin a été nommée Chevalier de l'Ordre National du Mérite en 2009 et Chevalier des Arts et des Lettres en 2015.

Photo : © Jérôme Séron