TO DA BONE

(LA)HORDE

Spectacle
23 - 25 mai 2022
un groupe de danseurs marchant vers l'avant
23 - 25 mai 2022
Théâtre de la Ville, Paris
Partenaire — Théâtre de la Ville
Partenaire — Ballet national de Marseille
Collectif
(LA)HORDE
Production
CCN - Ballet national de Marseille

En 2022, Dance Reflections by Van Cleef & Arpels apporte son soutien au Théâtre de la Ville pour la présentation de TO DA BONE du collectif (LA)HORDE.  

Dans un monde où la révolution se fait de nuit et les lois sont votées à l’aurore, quelles nouvelles formes peut alors prendre l’insurrection ? TO DA BONE est une œuvre qui souhaite parler d’une révolte intime de la jeunesse. Qui cherche à interroger le rôle que peuvent jouer les nouveaux médias, principalement les réseaux sociaux comme Facebook ou YouTube, dans leur capacité à mobiliser des foules et à susciter des mouvements d’opposition.

Au plateau, plusieurs danses regroupées sous le terme « post-internet » sont réactivées, plus particulièrement celles issues du mouvement Hardstyle ainsi que des Hard-Dances comme le Tekstyle, le Shuffle, le Hakken et le Jumpstyle notamment. Très intense et physique pour les danseurs, une séquence de jumpstyle dure en moyenne 25 secondes. Les jumpers consomment alors toute l’énergie disponible pour aller au bout de leur enchaînement libre. Il en résulte une danse de jambes exaltée, un sur place très puissant qui rend compte d’un certain lâcher prise par rapport à une frustration latente. À la fin de son solo, un jumper est essoufflé mais apaisé ; il émane alors de lui une force centrée, pleine de défi et de confiance. Au plateau, 11 danseurs venant de neuf pays différents, 11 jumpers à l’énergie folle et contagieuse font partager l’énergie et la rage de leur danse, tout en conservant intactes les impatiences du corps en insurrection. TO DA BONE, premier projet chorégraphique de (LA)HORDE pour la scène, a reçu le 2e prix Danse élargie 2016 à Paris.

Photo : © Laurent Philippe

à propos du collectif

Danseurs regardant à travers un miroir pendant que d’autres dansent en arrière-plan

(LA)HORDE

Fondé en 2013, (LA)HORDE est un collectif qui réunit les trois artistes Marine Brutti, Jonathan Debrouwer et Arthur Harel. Ensemble, ils questionnent les codes de différentes disciplines artistiques, notamment dans les champs du spectacle vivant et de l’art contemporain. À la tête du CCN - Ballet national de Marseille depuis septembre 2019, (LA)HORDE crée des pièces chorégraphiques, des films, des installations vidéo et des performances autour du corps en mouvement. À l’aide de mediums multiples, ils développent des scénarios et des actions qui prennent racine dans des problématiques contemporaines et se déclinent sur plusieurs espaces de narration. (LA)HORDE collabore avec des communautés d’individus en marge de la culture majoritaire pour un bout de chemin solidaire et artistique : septuagénaires, non- voyants, fumeurs, adolescents ... Opposés à toute forme de hiérarchie et d’appropriation culturelle, ils pratiquent l’interrelation et la coopération. Inquiets et prospecteurs, ils sont en alerte. Le corps est au centre de leur création. Ils signent des œuvres issues de leurs rencontres avec différentes communautés online, afin de définir ce qu’est devenue la danse après l’avènement d’internet, sujet cher à (LA)HORDE, qui a amené les membres du collectif à définir le phénomène sous le terme/concept : des danses post internet.

Texte : © Claire Diez
Photo : © Boris Camaca - DA Alice Gavin